Sommaire

7 - Problèmes rencontrés

Je m’endors

Pourquoi est-ce qu’on s’endort systématiquement dès que l’on commence une méditation ?

Retranscription de la vidéo

RETRANSCRIPTION DE LA VIDÉO

Je m’endors

Voici un grand classique et sûrement la difficulté la plus fréquente dans cet exercice de méditation ou d’autohypnose.

On va s’endormir très profondément dès les premières minutes pour se réveiller comme par magie au décompte final. Intéressant, n’est-ce pas ?

Manque de sommeil

C’est peut-être juste ça. Saviez-vous qu’en 2015 la moyenne de sommeil des Français était de 7 h 05 en semaine ? Et elle est passée à 6 h 42 en 2019. Soit un temps moyen de sommeil quotidien inférieur aux 7 heures minimales recommandées.

¼ des Français se plaignent de manquer de sommeil et ⅓ déclarent souffrir de troubles du sommeil. ¼ reconnaissent somnoler le jour notamment chez les 25-34 ans. Et ses chiffres n’ont probablement fait qu’augmenter avec le développement des services de vidéos à la demande et la possibilité d’enchaîner un épisode après l’autre jusqu’à très tard dans la nuit.

En 1910, une personne moyenne dormait 9 heures par nuit.

Et le manque de sommeil a des conséquences sérieuses sur notre santé. On y voit des liens avec l’obésité, des connexions avec la dépression, une augmentation du risque d’accident, une diminution de la concentration.

Et le principal responsable dans tout ça ? Notre téléphone intelligent. Pas si intelligent que cela en fait ! On recule notre heure de coucher à faire défiler notre écran juste encore un petit peu, juste un dernier épisode. La luminosité de l’écran va jouer sur le cycle naturel du corps et sur la production d’hormones du sommeil.

Sans parler des notifications qui peuvent nous réveiller au milieu de la nuit si on laisse le téléphone allumé, ou des ondes ambiantes qui viennent également perturber notre sommeil.

Alors dans ces conditions, c’est évident que si vous vous allongez avec une petite musique douce dans les oreilles et une voix calme qui vous accompagne, en quelques minutes seulement vous serez parti(e) profondément.

Votre corps en a besoin. Accordez-vous ce moment.

Si vous avez le temps, vous pouvez reprendre la méditation à votre réveil, il y a de fortes chances que vous alliez jusqu’au bout cette fois-ci. Et sur le long terme, peut-être qu’il est temps de regarder vos habitudes de sommeil d’un peu plus près et d’aller au lit un peu plus tôt avec un bon livre plutôt qu’un écran.

Essayez aussi de faire la méditation à différents moments de la journée. Le matin, en après-midi ou le soir.

Par exemple, pour moi, méditer au réveil, et hop, c’est magique, je me rendors en quelques minutes. Après le repas ou en fin de journée après une journée de travail peuvent être des moments assez redoutables pour beaucoup pour peu qu’il y ait un minimum de fatigue.

Changez aussi de position. Privilégiez une position assise plutôt qu’allongée.

Fusible de sécurité du mental

Le manque de sommeil n’est pas forcément toujours la raison derrière le fait que vous vous endormez automatiquement dès que vous commencez une méditation guidée.

Quand vous commencez à faire ce travail, votre mental est probablement en train de se dire : « Oh la la ! Mais qu’est-ce qu’il fait ? C’est dangereux, ça ! Je ne contrôle plus, je ne peux pas laisser faire ça. Et s’il accédait à des informations que je n’ai pas approuvées ? » Pour lui, c’est la panique totale. Alerte rouge ! Tout le monde à son poste.

Et le meilleur moyen qu’il trouve pour vous éviter d’aller là où il ne veut pas que vous alliez, c’est de débrancher. On éteint tout ! Bonne nuit !

Alors, quoi faire ?

Là encore, pour commencer, privilégier une position assise plutôt qu’allongée peut aider les choses.

Ensuite, vous pouvez émettre l’intention avant de commencer de rester éveillé(e). Un peu comme si vous donniez l’ordre à votre corps de ne pas s’endormir en disant quelque chose comme :

« Je demande à rester conscient(e) tout au long de cet exercice. »

« Je demande à rester conscient(e) tout au long de cet exercice et à accéder à toutes les informations qui me sont données. »

État recherché

L’idée est d’aller chercher cet état proche du sommeil dans lequel on est au moment de s’endormir ou de se réveiller.

Vous avez sûrement déjà remarqué ça : vous êtes dans votre lit, sur le point de vous endormir et soit il vous est impossible de garder le fil de vos pensées, soit des images ou des visages apparaissent devant vous alors que vous avez les yeux fermés.

Et le matin, vous êtes réveillé(e) par la radio, vous l’entendez, vous ne l’entendez plus, vos rêves se mélangent à ce qui est dit et avant de vous en rendre compte, vous avez perdu 20 minutes.

On parle de l’état hypnagogique et de l’état hypnopompique, ces moments entre veille et sommeil.

Dans cet état, le mental, l’ego — donnez-lui le nom que vous voulez — est lui aussi endormi et ne fait donc pas son travail de contrôle et de censure de l’information. Notre imagination fonctionne de façon optimale. Et c’est par notre imagination que les informations de notre conscience supérieure ou de nos guides nous viennent. D’où l’intérêt de rechercher cet état pour accéder à l’information.

Toute la difficulté ici est que nous ne restons pas naturellement dans cet état transitoire et soit nous basculons dans le sommeil, soit nous revenons dans l’état d’éveil.

Avec le temps et la pratique, vous allez ouvrir et développer votre connexion et vous allez apprendre à dompter votre mental, ce qui fait qu’il ne sera plus nécessaire d’atteindre cet état pour recevoir de l’information. Vous pourrez par exemple être à la terrasse d’un café avec des amis et recevoir des messages alors que vous êtes en train de discuter.

Mais pour le moment et pour commencer, cet état va être d’une aide précieuse.

Alors, comment faire pour atteindre cet état et y rester le temps de la méditation sans s’endormir et sans revenir complètement dans le mental ?

En séance individuelle, c’est très facile puisque le praticien est là pour veiller et vous faire revenir si vous êtes parti(e) trop profondément, ou pour vous faire redescendre si vous êtes revenu(e) dans le mental.

Il suffit de parler. Et je vais développer ce point dans la prochaine vidéo.